Projet éducatif et pédagogique

[cs_content][cs_element_section _id= »1″ ][cs_element_row _id= »2″ ][cs_element_column _id= »3″ ][x_accordion][x_accordion_item title= »Introduction » open= »true »]

Etablissement
Institut Notre-Dame
rue de Givet, 21    5570 BEAURAING        Tél. : 082/71 02 20

Pouvoir Organisateur
Comité Organisateur de l’Institut Notre-Dame Beauraing-Gedinne
rue de Givet, 21      5570 BEAURAING

Introduction

Les Projets éducatif et pédagogique du Pouvoir Organisateur de l’Institut Notre-Dame expriment une volonté de réaliser les objectifs généraux tels qu’ils sont définis dans le décret « Missions » du 24 juillet 1997 et le document de la Fédération de l’Enseignement Catholique « Mission de l’école chrétienne » (Mai 1995).

C’est un texte de référence pour son application permanente et dynamique vers un idéal à atteindre et pour en évaluer régulièrement la progression.

Identité

Le Pouvoir Organisateur de l’INDBG est une ASBL qui organise un enseignement fondamental et un enseignement secondaire.

Il dispense un enseignement général, technique et professionnel.

Il assume la tradition spirituelle, éducative et pédagogique de ses fondateurs et l’actualise dans le temps présent. Il se veut d’inspiration chrétienne donc en référence à l’Evangile et à la personne de Jésus-Christ.

L’école que le Pouvoir Organisateur dirige se reconnaît une double mission :

  • Faire œuvre évangélique en éduquant.
  • Eduquer en enseignant.

[/x_accordion_item][x_accordion_item title= »Projet éducatif » open= »false »]

1.   Objectifs

Les objectifs éducatifs peuvent s’exprimer de la manière suivante :

Promouvoir et émanciper toute la personne du jeune en développant ses capacités d’entrer en communication

  • Avec lui-même
    <=> confiance en soi, dignité, sens des responsabilités, créativité, don de soi, sens critique, …
  • Avec les autres
    <=> respect des personnalités et convictions de chacun, accueil, tolérance, solidarité responsable, amour fraternel, justice, partage, …
  • Avec son milieu
    <=> respect de l’environnement, découverte des technologies nouvelles, pratique de la citoyenneté responsable, ouverture à sa propre culture et aux autres cultures, capacité à participer au développement d’une société démocratique et solidaire, …
  • Avec ce qui le dépasse
    <=> découverte du transcendant, de l’intériorité, du sacré, du religieux, …

Plus concrètement, les objectifs se traduisent comme suit :

  • accueillir l’enfant tel qu’il est,
  • l’éveiller aux dimensions de la société, à la personnalité de chacun (physique, intellectuelle, affective, sociale, culturelle et spirituelle),
  • amener l’élève à prendre en charge sa propre éducation par une pédagogie basée sur la confiance, la solidarité, l’esprit de collaboration,
  • accorder un soutien privilégié à ceux qui en ont le plus besoin,
  • aider les jeunes à accéder à l’autonomie et à l’exercice responsable de la liberté,
  • veiller à ce que chacun puisse s’intégrer dans des activités scolaires et parascolaires à caractères religieux, culturel, technique, social,
  • développer chez les jeunes des capacités d’écoute, de disponibilité, d’efficacité face aux détresses humaines en les aidant à devenir des acteurs responsables, efficaces et créatifs au sein de notre société, capables d’accueillir et d’accepter les différences,
  • donner aux jeunes la possibilité de jouer un rôle actif et responsable dans l’organisation de la vie scolaire.

2.   Les acteurs

Tous les membres de la communauté éducative – élèves, parents, personnel enseignant et éducateurs, direction, pouvoir organisateur – sont liés, dans un projet commun qui requiert communication, concertation, transparence, collaboration et travail en équipe.

LES ÉLÈVES
Ils sont au centre des projets éducatif et pédagogique en tant qu’acteurs de leur propre formation. L’école ne transmet pas seulement des connaissances, elle apprend aux élèves à construire leur savoir, leur savoir-faire et leur savoir-être. Avec l’aide des professeurs et des éducateurs les élèves formulent et construisent peu à peu leur projet personnel.

LES PARENTS OU LES PERSONNES RESPONSABLES DES ENFANTS
Premiers éducateurs, les parents ont une tâche primordiale d’éducation. C’est en collaboration avec les familles que l’école peut et veut remplir ses missions.
Au sein de l’Association des Parents, ils sont invités à prendre part activement à la vie de l’école et à prendre contact régulièrement avec les enseignants.

LES MEMBRES DU PERSONNEL ENSEIGNANT ET ÉDUCATEUR
Ils sont au premier plan de la concrétisation des projets éducatif et pédagogique.
En contact quotidien avec les élèves, ils poursuivront une action cohérente d’enseignement et d’éducation dans leurs propos et leurs attitudes, leur mode de communication et leur esprit d’équipe.

LES DIRECTEURS
Ils animent les projets éducatif et pédagogique. Leur autorité fondée sur leur connaissance et leur capacité à motiver les partenaires dans une vision commune garantira une école de qualité.
Ils soutiendront activement une équipe pastorale chargée sans exclusivité, d’animer le projet chrétien de l’école.

LE POUVOIR ORGANISATEUR
Responsable auprès du législateur, il est garant des projets éducatif et pédagogique.
Dans la mesure des possibilités dont il dispose, il met en œuvre les moyens nécessaires à la disposition de tous les acteurs.

EN CONCLUSION
Chacun dans la communauté éducative a une voix à faire entendre, une place à prendre dans une grande liberté qui respecte à la fois les personnes et le milieu dans lequel nous vivons.

[/x_accordion_item][x_accordion_item title= »Projet pédagogique » open= »false »]

Le projet pédagogique s’efforce de rencontrer les objectifs généraux de l’enseignement secondaire exposés dans le décret « Missions » du 24 juillet 1997 et dans le document de la FESeC intitulé « Mission de l’école chrétienne » (Mai 1995).

L’école est un lieu où les enseignants rencontrent chaque jour les jeunes aux prises avec leur projet de vie et d’apprentissage.

1. L’école

Sans en avoir le monopole, l’école a pour devoir de proposer aux jeunes des connaissances, de les aider à maîtriser des compétences, des habilités intellectuelles et manuelles ainsi que des savoir-être qui les relieront à la société.
L’école collabore autant que faire se peut avec les familles, premier lieu où se transmet une culture et où s’apprend le lien social.
L’école transmet des savoirs et des techniques régulièrement verbalisées et s’ouvre aux réalités socio-économiques et culturelles du temps présent. Les nouvelles technologies, la pratique du stage, de l’alternance aideront les jeunes dans ses aspirations.

  • Dans un travail d’équipe, les professeurs renforcent leur cohésion et décloisonnent les matières pour une approche interdisciplinaire.
  • Par des projets de formation continue, par des échanges professionnels effectifs entre enseignants, ils renforcent leur professionnalisme.
  • Parmi eux, ils reconnaissent une équipe d’animation pastorale qui soutient une éducation chrétienne en lui réservant des lieux et des temps appropriés.

Les enseignants favorisent l’autonomie de l’élève, la solidarité, la prise de responsabilité, la communication, l’esprit critique, le bon jugement.

Enfin, en tenant compte des rythmes de l’élève, l’enseignant permet à celui-ci de trouver son équilibre, tout en respectant par ailleurs les différences culturelles et philosophiques, il offre la possibilité pour l’élève de ressentir le message de Jésus-Christ.

2. L’élève

  • Dans tout son apprentissage, l’élève construira son jugement personnel ainsi qu’une autre évaluation en référence à des critères pertinents et convenus.
    Une place importante sera faite au questionnement et à la résolution du problème.
    Le jeune maîtrisera d’autant mieux son apprentissage que celui-ci aura été le fruit d’un dialogue et d’une interaction constante avec autrui : maîtres, condisciples, acteurs du passé.
    La formation conçue aussi dans sa dimension d’œuvre collective et réciproque comprendra la relation aux experts, aux documents, matériaux et instruments de référence.
    La part faite à l’intériorité, une large ouverture à la dimension du bien et du beau ne pourront qu’approfondir la conception globale que le jeune se fera de l’humain.
  • Il faut doter l’élève des compétences et des savoirs nécessaires à la poursuite de son projet, exiger de lui son maximum d’excellence : en favorisant l’égalité des chances, il faut assurer à certains élèves un surcroît d’attention et de moyens.

3. La société

  • Solidarité
    Cette volonté d’obtenir des résultats implique la conviction que tous peuvent réussir et, en même temps, que rien ne s’obtient sans effort.
    Elle exige un climat de coopération, de solidarité et de saine émulation (mais aussi un encadrement et un soutien des élèves par leurs parents particulièrement en dehors de l’école).
  • Valorisation
    Le respect des différences, l’écoute, la mise en valeur de la variété des talents, la patience, la constance seront des gages du succès.
  • Citoyenneté
    Chaque jeune fera ainsi, dans l’expérience collective, son apprentissage de la citoyenneté par la pratique des règles de vie en commun, une habitude du respect mutuel, le refus de la violence (physique et verbale) et une progressive intériorisation des limites imposées par la société.
    Les règles de vie impliquent, si nécessaire, sanctions et arbitrages.

4. Conclusion
L’ensemble des partenaires de la communauté éducative de l’Institut Notre-Dame veillera à concrétiser les projets éducatif et pédagogique dans son projet d’établissement.

[/x_accordion_item][x_accordion_item title= »Conclusion » open= »false »]

L’ensemble des partenaires de la communauté éducative de l’Institut Notre-Dame veillera à concrétiser les projets éducatif et pédagogique dans son projet d’établissement.

[/x_accordion_item][/x_accordion][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]